Au coeur du business des faux sanctuaires pour animaux sauvages en France.

Communiqué de presse

Lire le communiqué de presse rédigé par FOUR PAWS et AVES France.

Notre enquête

Résumé de notre enquête et de nos trois visites chez Caresse de tigre, entre septembre 2019 et octobre 2020.

Ressources presse

FOUR PAWS et AVES France mettent à disposition des médias photos et vidéos. Contactez-nous pour une interview.

Faux sanctuaires – Vrais business

Une enquête, une plainte, une pétition…

En septembre 2019, AVES France et FOUR PAWS se rendent au siège de l’association Caresse de tigre et constatent que l’établissement, normalement fermé au public, reçoit régulièrement des visiteurs et exploite commercialement les tigres et les lions sous leur garde. Nos investigations déclenchent une enquête de l’OFB et le dépôt d’une plainte en décembre 2019.

Nous nous sommes rendus chez Caresse de tigre à trois reprises. Alors que l’association se présente comme un refuge pour animaux sauvages captifs, nous avons fourni aux autorités les preuves d’un réseau organisé d’éleveurs et d’établissements exploitant commercialement des animaux sauvages. Nos investigations ont révélé l’exploitation commerciale de jeunes tigres et lions lors d’interactions lucratives, comme des selfies, des caresses ou du nourrissage au biberon, activités effectuées en dehors de tout cadre légal. Certains animaux sont même battus. Aujourd’hui, en attendant le procès, nous demandons à la préfecture de Seine-Maritime de prononcer la fermeture administrative de cet établissement et le placement des animaux dans des structures adaptées.

Pour la fermeture de Caresse de tigre

Une enquête de FOUR PAWS et de l'association AVES France a permis de fournir aux autorités les preuves d’un réseau organisé d’éleveurs et d’établissements exploitant commercialement des animaux sauvages. Nos investigations ont révélé l’exploitation commerciale de jeunes tigres et lions lors d’interactions lucratives, comme des selfies, des caresses ou du nourrissage au biberon, activités effectuées en dehors de tout cadre légal. Certains animaux sont également battus. Une plainte a été déposée en décembre 2019 contre l'association Caresse de tigre.

Suite à l'inspection du mardi 24 novembre 2020, les quatorze animaux détenus par l'association Caresse de tigre ont été saisis. Nous espérions cependant le placement immédiat des lionceaux Tonga et Rumba et du jeune tigre Cash. Tous les animaux sont restés sur place pour l'instant.

Nous avions pourtant démontré que Caresse de tigre accueillait des visiteurs toute l'année sans autorisation, alors que l'établissement est enregistré comme une association à but non lucratif pour la protection des animaux et n'est pas autorisée à recevoir des visites. En autorisant les visiteurs à toucher et nourrir les jeunes animaux directement dans les cages, lors d’interactions payantes, Caresse de tigre a violé la législation française.

Caresse de tigre, comme d'autres structures, se présente comme un refuge alors qu'il s'agit en réalité d'un établissement exploitant commercialement les animaux depuis de longues années, par la reproduction, l'élevage et la vente d'animaux sauvages captifs à d'autres structures, et par la commercialisation d'activités de loisirs en totale contradiction avec le bien-être animal (visites illégales payantes, interactions avec les animaux...).

Aujourd’hui, en attendant le procès, nous demandons à la préfecture de Seine-Maritime de prononcer la fermeture administrative de cet établissement et le placement des animaux dans des structures adaptées.

%%votre signature%%

573 signatures

Partager avec vos amis :

   

Des tigres et des lions nourris au camembert et à la chantilly !